Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

samedi 1 février 2020

Sencha de Wazuka, cultivar Samidori

Après avoir présenté dans mes derniers articles des thés plutôt inhabituels et typés, je vais parler aujourd'hui d'un thé, un sencha, bien plus classique. Classique ne veut pas forcement dire commun, puisqu'il s'agit là d'un cultivar Samidori, et non pas Saemidori, non ombré, alors que cette variété est en général utilisée pour des thés très ombrés comme les gyokuro et les matcha à Uji.  Il s'agit d'un sencha fait par le même producteur que mon très populaire Gokô non ombré de Wazuka.

Le parfum est vert et frais, légèrement sucré où l'on pressent déjà un umami délicat, avec de légères nuances de vanille et d'amande.
Sur le palais ce thé est extrêmement fluide et rafraîchissant, velouté, plein mais délicat. Avec une torréfaction faible, ce sencha est en effet végétal mais d'une manière très raffinée, car soutenu par un umami clair mais subtil et sans lourdeur. C'est bien ce qui frappe dans ce Samidori, cet umami qui en constitue la saveur essentielle tout en restant très élégant, alors qu'on ne trouve pas de caractéristique aromatique très marquée comme dans le Gokô du même producteur.

La deuxième infusion, plus chaude, reste dans ses parfums légèrement sucrés, très natures en quelque sorte (pas un sucré de torréfaction), avec une petite touche d'agrume en plus. En bouche c'est toujours très doux, pas d'astringence.
Si ce sencha est bien présent en bouche, il laisse un after-taste modéré, là encore dans la retenue et la finesse.
Simplicité et raffinement sont deux mots qualifiant parfaitement ce thé. Pourtant, malgré la discrétion de ce sencha en comparaison du Gokô par exemple, on reste sur quelque chose de différent que du Yabukita, plus fin, plus rond, moins robuste certes, mais aussi très accessible en ce sens.

On se rappelle aussi du même cultivar en tamaryokucha à Sonogi comparé au Asatsuyu par exemple, et on entrevoit alors le caractère de ce cépage Samidori : de l'umami présent, essentiel, mais raffiné et subtil, éthéré d'une certaine manière. En ce point on voit qu'il ne faut vraiment pas le confondre avec Saemidori, tout en umami aussi, mais dense et épais.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire