Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

vendredi 8 mars 2013

Banko-yaki vs Tokoname-yaki I

Voici le premier "couple" de théières.
A droite, une théière Tokoname-yaki en terre rouge du célèbre Setsudô que j'ai déjà évoquée.
Son rendu sur les thés est superbe, et j'apprécie particulièrement sa surface non lissée, les lignes asymétriques qui s'y dessinent. 
A gauche, nouvelle sur Thés du Japon, voici une théière Banko-yaki par Itô Jitsuzan 伊藤実山.
Si j'ai choisi la Setsudô pour faire cette comparaison, c'est simplement à cause de leur étrange ressemblance. Le corps de la Jitsuzan est lui aussi non lissé, et les fines stries qui le parcours rendent un touché des plus agréables.




 C'est mon sencha de montagne de Okawa (Hon.yama) que j'ai choisi pour cette "confrontation" très amicale. C'est un thé de montagne robuste et champêtre.
5 g de feuilles, de l'eau pile jusqu'au bec verseur de mon samashi (pour avoir une quantité d'eau égale à chaque fois, 70-80ml environ, je n'ai pas mesuré) et eau versé du thermos au plus proche du samashi pour un peu plus de 80°C environ. Pas besoin de faire refroidir plus que cela avec ce type de thé, et puis la comparaison ne sera que plus parlante avec de l'eau un peu chaude.

La théière Banko-yaki donne une liqueur entière et lisse. Le liquide à une sorte de volume, d’épaisseur même, et est très rond en bouche.

Avec la Tokoname-yaki, on a quelque chose de plus subtile, les saveurs se détachent les unes des autres et semblent se faire sentir à tour de rôle.

Les arômes sont évidemment fondamentalement les mêmes. Plutôt que de dire que les saveurs sont transformées par la théière, il serait plus exact de dire que ce sont leurs effets, leur manière de se faire ressentir qui se trouvent changés par les différentes théières.

2ème infusion à 10 s.
Les "vertus" de Banko se font plus nettes.
Alors qu'avec la Tokoname une agréable petite pointe d'astringence se fait sentir, la liqueur reste encore parfaitement douce avec la Banko, mais reste plus légère, avec peut être moins d'impact. L'infusion mériterait 5 ou 10 seconde de plus avec l’œuvre de Jitsuzan.

Sincèrement, je ne peux pas dire que l'une est mieux que l'autre, seulement que le rendu est différent. Les qualités de chacune peuvent en même temps être vu comme des féfauts selon ce que l'on recherche.

A bientôt pour la deuxième rencontre.


jeudi 7 mars 2013

Banko-yaki, intro

Thés du Japon va très bientôt accueillir quelques théières Banko-yaki, dont 3 théières d'artisan fabriquées au tour: une de Iroku, une de Jitsuzan, et une de Masaki.
Les voici :

On fait remonter la céramique Banko-yaki à l'ère Genbun (1736-40) avec la création d'une fabrique à Obuke non loin de la ville de Yokkaichi, auourdh'ui encore centre de cet artisanat.

Occasion parfaite de s'amuser à les mettre en comapraison avec trois théières d'artisans de Tokoname-yaki, elles aussi faites au tour, une de Shôryû, une de Yûsen, et une de Setsudô.

 A très bientôt donc.