Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

mercredi 6 juillet 2016

Thé noir de Kumamoto, Benifûki

Au printemps dernier, le département de Kumamoto fut frappé par une série de violents tremblements de terre, causant beaucoup de dégâts. Ashikita, au sud du département, fut épagné de dégâts importants, ainsi, les plantations de M. Kajihara n'ont pas souffert cette fois-ci (l'an dernier, un glissement de terrain avait partiellement endommagé sa plantation « zairai »).
Cela fait plusieurs années que je propose ses kama-iri cha, mais voici « enfin » cette année un de ses thés noirs. Je dis « enfin » parce que j'avais était agréablement surpris par un de ses thés noirs qu'il m'avait servi il y deux ans, mais à l'époque je n'avais pas la tête à cela. Puis l'an dernier, j'ai pu boire un certain nombre de ses thés noirs 2015 qui m'ont confirmé son talent. Kajihara-san se rend régulièrement à Taiwan, et reçoit aussi regulièrement un spécialiste taiwanais qui peut le conseiller dans la tâche encore peu maîtrisée de la fabrication du thé noir au Japon.

Les feuilles sont magnifiques. Le travail rappelle en effet celui de certains thés noirs taiwanais, de longues feuilles noires torsadées, épaisses, on peut les attraper une par une avec les doigts, et portée sous le nez, une seule de ces feuilles est déjà parfumée. Sucré, fruité, épicé, le parfum des feuilles sèches est un plaisir qui justifierait presque en lui-même l’existence de ce thé noir japonais.

Avec 4g de feuilles, 150ml d'eau, on peut laisser infuser 2 bonnes minutes.
L'infusion est elle aussi très sucrée et fruitée. Un peu de fruits confits, de l'abricot, une fraîcheur mentholée subtile, de très légères notes de cuir. Globalement, ce thé offre un parfum très gourmand.
En bouche on ressent juste ce qu'il faut d'astringence. Malgré des arômes très doux, la liqueur coule très bien dans la gorge. L'after est très riche, c'est là que s'exprime une foule d'arômes là encore très gourmands, fruités, sucré, s'équilibre avec un reste d'astringence qui, absolument pas tannique ni râpeux, donne beaucoup de relief et de force. On peut encore percevoir l'impression mentholée, pas si commune avec les thés noirs japonais.

Avec une bonne présence d'astringence très élégante, des arômes sucrés évidents, ses tonalités discrètes de cuir, d'épices, on voit une bonne utilisation des caractéristique de Benifûki, qui se montre encore une fois comme un excellent cultivar pour le thé noir japonais. 
 
Ce thé de M. Kajihara m'a enthousiasmé par la force des ses arômes doux et fruités, qui ne sont pas inédits, pourtant, bien souvent, lorsque ce type d'arômes sont très présent, on a des thés noirs lourds et pataud, écœurant, manquant de fluidité. Or, ici ce n'est pas du tout le cas. L'équilibre est bien trouvé, le thé se boirait à grandes gorgées, une fois commencer, difficile de s'arrêter.
Aussi, pour avoir bu l'hiver dernier le millésime 2015, je comprends que c'est un thé au potentiel important. Il va beaucoup évoluer dans les mois à venir, s'affirmer, prendre de la richesse. C'est l'un de mes grands coup de cœur de ces derniers temps. J'aurais voulu proposer le 2015, mais ce thé étant très demandé, l'hiver dernier, il était évidemment trop tard. J'ai du me montrer patient et attendre le millésime 2016, excellent mais encore jeune, plein de promesses.