Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

jeudi 22 janvier 2015

Objets en étain japonais Ôsaka-Naniwa

La fabrication d'objets en étain au Japon remonterait à plus de 1300 ans. Des étains sont conservés au Shôsô.in (Tôdaiji) de Nara. C'était, aux côtés de l'or et de l 'argent un métal précieux très prisé chez les nobles et dans les sanctuaires prestigieux.
On retrouve fréquemment soucoupes et jarres en étain lors de la cérémonie du sencha, pratique qui se cristallise au 19ème sous l'influence de la pratique du thé des lettrés des 17ème et 18ème siècles (eux même influencés par la Chine des Qing, voir à ce sujet ce billet de Stéphane de Tea Masters). Aujourd'hui ils sont souvent remplacés par des objets en inox du fait du prix important des étains.

Il s'agit d'étains Ôsaka-Naniwa suzu 大阪浪華錫, un artisan de la ville d'Ôsaka dont les origines remontent à la fin du 17ème siècle.

Pour la fabrication d'objets en étain, tout d'abord, la forme générale est obtenue à l'aide d'un moule. Ensuite, à l'aide de sortes de gouges ou de couteaux l'artisan va tailler les différentes pièces d'étain pour obtenir leur forme définitive avec une très grande précision. Dans le cas d'objets cylindriques, on utilise un tour (comme pour le façonnage de la pièce de bois qui compose les laques par exemple). Ensuite, les différentes pièces sont assemblées.
Ensuite, s'il y en a, les motifs sont peints au pinceau (avec de la laque?). Ce sont les parties qui resteront brillantes après trempage dans une solution acide qui va attaquer l'étain, rendant rugueuse les parties non peintes. On appelle ce procédé ''ibushi''. Enfin, l'étain est enduit de laque noir ou rouge. (bien sûr, ces phases ne s'appliquent pas aux étains ''migaki'', laissés brillants).

Ce sont tout simplement de splendides objets, la précision des couvercles, la minutie des coupes et tailles sont franchement impressionnantes.

Boites et jarre
























 Bouilloire










 Soucoupes (ovale et ronde)