Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

jeudi 25 mai 2017

Shincha 2017, Sencha de Fujieda, cultivar Fuji-kaori

Voici l'une des très belles réussites de cette saison 2017, en de mes favoris, et ces encore un cultivar de type Inzatsu. Ce sencha Fuji-kaori de Fujieda est clairement bien supérieur à son millésime 2016.
M. Yamamoto est un vétéran qui fut le premier à planter ce cultivar Fuji-kaori après son développement par M. Koyanagi (le père de l'actuel producteur du kama-iri fuji-kaori de Fujieda) et le professeur Morizono. Il a travaillé très dur à tirer le mieux de ce cultivar particulier en thé vert étuvé (alors qu'il semble mieux adapté au kama-iri) depuis une époque où le marché n'était pas encore assez ouvert à ce type de thé très aromatique.
Ce cultivar a pour mère (graine) Shizu-inzatsu 131 et pour père Yabukita (pollen). Il s'agit du croisement inverse de celui opéré pour Sôfû ou Kondô-wase. Ainsi, il garde de manière plus forte le caractère, et peut-être l'instabilité de Inzatsu 131, mais cette année, tout comme le kama-iri de M. Koyanagi, ce Fuji-kaori est une merveille pour qui aime ce type de thé.

Les feuilles sèchent ont un parfum d'abord assez végétal (faible torréfaction), mais derrière cela on remarque très vite des arômes floraux et sucrés, veloutés mais très stimulant.

Après l'infusion, le parfum montre un bouquet plus riche et vivant, évoluant entre la petite fleur type muguet (rappelant alors Inzatsu 131), un floral plus tendre type jasmin et le raison blanc.
L'attaque est un peu astringente, mais on trouve en after-taste un douceur umami puissante, très longue en bouche. On retrouve en bouche et dans la gorge les arômes perçus au nez.
Si l'astringence se fait plus forte à partir de la seconde infusion, le riche bouquet floral est toujours aussi présent, de même que le puissant after-taste doux et sucré. Une troisième infusion très chaude continue à donner des arômes complexes ainsi qu'une liqueur plus végétale.
C'est un thé très typé où les caractéristiques "inzatsu" ressortent fortement, restant en effet plus proche de Inzatsu 131 que de Sôfû, mais avec néanmoins beaucoup plus de douceur que Inzatsu 131. Il y a cet umami e after bien sûr, mais aussi un floral plus feutré, une impression féminine que l'on ne retrouvera pas avec Inzatsu 131.
Fuji-kaori n'est pas un cultivar avec lequel il n'est pas facile, en sencha, de retrouver chaque année de manière aussi marquée les qualités. Voilà un thé qui m'a particulièrement réjoui cette année, comme le kama-iri cha ainsi que le Inzatsu 131 de Nearai.