Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

dimanche 2 septembre 2018

Thés noir de Ashikita, zairai

Je propose depuis plusieurs années les kama-iri cha et thés noirs de Ashikita. Le thé noir Benifûki est une merveille, mais ce thé noir fait à partir de feuilles de théiers "mishô-zairai" (plantation aux arbres tous différents, reproduits par graines, et non pas boutures comme les cultivars), dans un domaine aromatique bien différent, n'a pas à rougir. Par ailleurs, il s'agit de la même plantation zairai que le kama-iri cha zairai de Ashikita.

Il s'agit d'une récolte de printemps. Ce thé noir se prête aussi bien aux infusions en grande théière qu'aux infusions multiples en gaiwan par exemple.

Si le parfum sucré, épicé et très légèrement floral de ces belles et grosses feuilles noires torsadées est déjà un régal, l'infusion révèle un parfum sucré d'une densité et d'une richesse rare. On est alors plutôt dans le domaine des épices, et plus encore du miel. On y trouve aussi des notes vanillées et florales.
En bouche c'est tout aussi doux et sucré, évoquant aussi la cannelle, en rien tannique, avec juste ce qu'il faut de force.

Comparé au Benifûki, on a en effet un thé très velouté et moelleux, alors que le Benifûki est plus tannique et floral.
Ainsi, dans un mode de fabrication identique, le zairai et benifûki donnent des thés noirs radicalement différents, mais aussi aussi très complémentaires.