Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

samedi 21 novembre 2009

Le hôji-cha 焙じ茶

Le hôji-cha est un thé japonais très répandu, de "grande consommation", bon marché, souvent servi gratuitement dans les restaurants, un thé que l'on pourrait qualifier de populaire.

Contrairement aux apparences, il s'agit bien là d'un thé vert, d'un thé non-fermenté (non-oxydé en fait). Seulement, sa couleur brune (les feuilles tout comme la liqueur) est du au fait que le hôji-cha est obtenu par torréfaction de bancha, ou sencha de basse qualité. Il est ainsi composé de feuilles grossières torréfiées, ou de branches, voir d'un mélange des deux.

On obtient de cette manière un thé très parfumé, parfois rappelant même des arômes de café avec une forte note sucrée, au goût léger dépourvu de toute astringence, avec parfois une très légère et agréable amertume, et surtout une douce touche sucrée. C'est un thé très facile à boire, chaud ou froid, en grosse quantité.
J'ai pour ma part une préférence pour les hôji-cha composés uniquement de branches, qui donnent un thé à la saveur très affirmée et plus fine et rafraichissante que celle provenant des feuilles

Il existe des hôji-cha fabriqués à base de branche de gyokuro, bien évidement plus cher. D'une manière générale, le goût de ceux-ci de diffère pas radicalement des hôji-cha classique.

Autrefois, l'odeur particulière issue de la fabrication du hôji-cha indiquait la présence non loin d'un marchand de thé. Aujourd'hui, il reste encore quelques boutiques fabriquant son hôji-cha.
Aussi, avec des branches de sencha (kuki-cha 茎茶), il est possible fabriquer à la maison son propre hôji-cha dans une simple poêle à frire. Bon, je n'ai jamais tenté l'expérience, mais si cela ne donne pas forcement un hôji-cha au top, cela dégage au moins un très agréable parfum, parfais par exemple pour chasser les odeurs de tabac...

Ne contenant qu'extrêmement peu de tanins, il s'agit d'un thé japonais qui peut être bu sans crainte par des personnes à l'estomac fragile. De peu, ne contenant pratiquement pas de caféine, c'est aussi un thé recommandé aux jeunes enfants et aux personnes âgées.

Préparation
Dans une théière de taille importante, mettre 3 à 4 grammes de thé par personne, puis verser de l'eau bouillante, environ 120 cc par personne. Laisser ensuite infuser pendant 30 secondes.

Voilà un thé parfait pour les froides soirées d'hiver !



Retour à la page d'accueil de Sommelier en Thé Japonais

13 commentaires:

  1. Cette aprèm à Paris, probalement le patron de cette nouvelle boutique d'objets japonais m'a fait l'article et raconté tout un truc sur un thé " supérieur " en " qualité " par rapport à un Hojicha, c'est le Bohcha.

    D'une part j'en ai jamais entendu parlé et qui plus est, ce nom ne sonne pas très japonais pour moi...

    RépondreSupprimer
  2. Si, si, le bôcha 棒茶, c'est un thé japonais, une sorte de kukicha en fait. Ce vendeur parle surement d'un type de Hôji-cha de branches léger, spécialité de Kanazawa, appelé kaga bôcha.

    RépondreSupprimer
  3. Des difficultés à trouver des infos dessus en plus c'est vraiment écrit "Bohcha" et avec un nom pareil... Tu peux trouver d'ailleurs du "Boh tea" en Malaisie etc.

    Pour le soir c'est pas mal, un goût de noisette, un peu meilleur que les Hôji déjà goutés, en même temps suis pas un acharné passionné d'Hôjicha :)

    RépondreSupprimer
  4. A propos de la transcription, les "o" longs en japonais sont parfois transcrits "ou" ou plus raremement "oh", moi en tant qu'ancien inalcien, j'utilise la transcription officielle, "ô".
    Pas un passionné d'hôji-cha, il y en a beaucoup, tous très différents. Si tu peux un jours en trouver, dans le genre thé à la liqueur brune, très parfumé, je te recommande le Kyô-bancha.
    Et genre "kuki", branches, je te recommande le karigane, kuki-cha de gyokuro. Bon marché et surprenant!

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, merci pour ce blog, j'ai pas encore tout lu mais il est magnifique !
    Pour le Hojicha, 30s, c'est bien, j'ai vu 1min partout, mais c'est trop, personnellement, ça m'agresse l'estomac quand il est trop infusé.
    C'est bizarre d'ailleurs qu'on dise partout que c'est doux pour l'estomac, je trouve que c'est un thé très agressif personnellement... pour l'estomac...
    Je l'achète chez Mariage Frères, à Paris, vous avez d'autres bons plans pour trouver du bon thé vert japonais ?
    Pat

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Patrice,

    Merci pour le compliment !

    Oui, le hôji-cha est toujours conseillé à ceux qui ont l'estomac fragile, car ce thé ne contient que très peu de caféine et de catéchine.

    De bons thés japonais en France ? Je ne sais pas, le mieux reste de chercher des sites japonais qui livrent à l'étranger.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  9. J'ai découvert ce genre de thé il y a trois jours. Les odeurs de pains, d'amandes et de pignon de pins grillés dans un premier temps, d'herbe fauchée et de bois sec dans un second, m'ont charmées dès le départ. Je fus étonné de découvrir une liqueur lisse et douce plutôt que corsée et bien charpentée comme pourrait l'annoncer les fortes odeurs que dégagent les feuilles. Maintenant, tous les soirs j'hésite entre le déguster lui ou un Lapsong Souchong, les deux étant parfaits pour le soir. Quelqu'un pourrait-il m'indiquer s'il y a une différence entre fumé et torréfié ? Merci à vous pour votre blog.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,

    Torréfié est chauffé, voir grillé en quelque sorte. Fumé est passé dans la fumé comme le saumon fumé qui prend des saveurs de fumé tout en restant cru.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour, je souhaite découvrir le thé japonais et j'ai acheté du sencha pour commencer puis du hôji-cha. Votre blog m'a bien aidé à les préparer (temps d'infusion par ex), le thé m'intéresse beaucoup et votre blog est parfait pour mieux le connaître :)
    Je voulais savoir si ce thé pouvait s'infuser plusieurs fois comme le sencha.
    Le thé hôjicha que j'ai acheté est un mélange de tiges et de feuilles, je l'ai acheté dans un biocoop. Le site internet est indiqué sur le paquet (http://www.muso-intl.com/beverages/tea/index.html). Connaissez-vous cette marque?
    Est-ce qu'une théière en verre convient?
    Merci!

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    Merci pour vos compliments.
    Le mieux c'est d'essayer vous meme, et vous verrez si votre hoji-Cha peut s'infuser plusieurs fois avec un bon résultat. Bon, il ne faut pas trop attendre d'un hoji Cha de ce cote la.
    Une théière en verre fera l'affaire, mais plus l'infusion sera chaude plus parfume sera le hoji-cha, et avec la faible conservation de la chaleur du verre, ce n'est pas l'idéal. Une terre eppaise sera le plus adapté.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour vos conseils! trois fois pas plus pour ce hôji cha, après il n'est plus très parfumé.

    RépondreSupprimer