Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

samedi 25 août 2018

Sencha de Hoshino, cultivar Oku-hikari


Parmi les nouveautés d’août, je suis très heureux de pouvoir présenter un sencha non ombré du village deHoshino à Yame. En effet, d’une manière écrasante, les sencha de Yame fortement étuvés et ombrés, privilégiant ainsi l’umami, avec en plus très souvent une torréfaction très (trop) forte. Si cela fait le style reconnaissable de la région, cela masque aussi les qualités climatiques et du sol de cette zone de production. En particulier, dans la partie montagneuse de Yame, c’est à dire Jôyô-machi et les villages de Yabe et Hoshino, on a des sols riches en minéraux, avec des schistes verts, similaires à ce que l’on trouve à Shizuoka, à Tenryû en particulier. Il est donc extrêmement dommage de ne pas y trouver de vrais sencha non ombré.
Et voici que M. Takaki me présente un Oku-hikari aux racines chinoises, cultivar plutôt rare en dehors de Shizuoka, non ombré. Voilà une combinaison alléchante !

Ce thé offre en effet quelque chose de radicalement différent de ce que peuvent offrir la plupart de sencha de Yame. 

En première infusion, les arômes sont d’abord frais et végétaux, mais pas « cru », on y ressent une impression légèrement sucrée.
Mais c’est surtout en after que ce sencha révèle une plus grande force aromatique, laissant en bouche une sensation mêlant sucré et umami, herbes fraîches et herbes aromatiques. Ce sucré reste très longtemps en bouche, c’est une sensation très gourmande que l’on ne soupçonne pas au départ. On comprend alors la force du beau terroir de Hoshino, et l’intérêt qu’il y aurait à y travailler plus sans ombrage.
A la seconde infusion, on a toujours ce parfum frais très agréable, très « sencha » finalement, avec une attaque cette fois légèrement astringente, des arômes d’herbes aromatiques plus marqués, accompagnés de réminiscence d’agrume. Le caractère de Oku-hikari se révèle plus nettement. En after, toujours cette persistance gourmande, qui semble apparaître avec plus de force quelques minutes après dégustation.
On fini avec une troisième infusion verte et astringente, avec pourtant toujours ce délicieux sucré dans la longueur.

C’est un sencha qui possède clairement une grande force, avec une belle richesse des arômes et une vraie puissance en bouche. Sa longueur gourmande est exceptionnelle, et avec son astringence se profile au fil des infusions, ce thé a aussi un caractère qui ravie les fans de vrai bon sencha, à la fois typique, mais avec aussi les arômes subtils de ce cépage Oku-hikari. Si ce n’est l’étuvage un peu fort, sur de nombreux points, on pourrait confondre ce thé avec un sencha du riche sol des montagnes de Shizuoka.
C’est l’un de mes grands coups de cœur de cette saison 2018, tant ce thé est excellent et surprenant pour un thé de Yame. J’espère que dans l’avenir, on pourra voir plus de thés de ce type, témoignant du beau terroir des zones montagneuses de Yame.
Enfin, pour approfondir ce cultivar, il y a aussi ceux de Kawane et de Asamiya.