Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

vendredi 10 février 2012

Cultivar Yabukita de Makizono, Kagoshima, récolte manuelle


Un sencha fukamushi cueilli à la main en avril 2011 à Makizono (ville de Kirishima, dép. de Kagoshima), encore une fois il s'agit d'une production du passionne monsieur Nishi.
Le cultivar est le classique des classiques (pas tant que cela à Kagoshima), Yabukita.
Très belle couleur et lustre des feuilles. Étuvage long oblige, pas mal de feuilles brisées, mais pas d'excès, Nishi-san apporte grand à la fabrication, d'autant plus qu'il s'agit d'un thé récolté manuellement.
Un bon parfum sucré de sencha.


En utilisant de l'eau bien tiédie à 60-65°C pour la première infusion, on peut laisser infuser tranquillement 1min10 ou 1min20 5 bons grammes de feuilles dans 70 cl.

Cette première infusion, très limpide, sent bon la praline et la vanille. Infusé ainsi, la liqueur et forte, douce et sucrée, mais il en ressort en arrière goût de belle notes végétales.

La seconde infusion laisse un parfum sucré moins complexe, plus « bonbon », pour un goût plus léger, encore doux mais où apparaît une subtile astringence.  Cette liqueur passe dans la gorge comme une lettre à la poste.

A la troisième infusion, le parfum se fait plus végétal et léger, la liqueur se tourne vers une dominante astringente, rafraichissante, avec une texture végétale qui reste en bouche.


En conclusion, ce sencha donne un exemple de thé plutôt académique, avec le cultivar classique Yabukita. Ce n’est pas une de ces trop nombreuses caricatures de thé japonais que donnent trop de fukamushi sencha. On a plutôt un exemple du fukamushi comme il devrait l’être avec un tel cultivar. Encore un thé que je redécouvre avec délectation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire