Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

jeudi 18 août 2016

Kama-iri cha des montagnes de Tosa

Alors que je présentais il y a quelques jours un kama-iri cha de Fujieda aux parfums très originaux, voilà un autre de ces thés verts japonais trop méconnus, encore très différent, franchement hors norme. 
C'est aussi la première fois que je propose sur Thés du Japon un thé en provenance de Tosa, ancien nom d'une région correspondant aujourd'hui au département de Kôchi sur l'île de Shikoku. Kôchi n'est pas une important région productrice, elle n'est pas très connue, pourtant, on continue d'y produire des thés en montagne, en particulier des sencha à l'étuvage standard ("futsu" ou "asa" -mushi). C'est aussi à Kôchi que l'on produit le thé fermenté appelé go-ishi cha. 
Mais il s'agit aujourd'hui d'un kama-iri cha. Il provient de la zone montagneuse de Inochô, sur le cour du fleuve Niyodo-gawa. On trouve dans les forêts des montagnes de cette région des théiers poussant de manière semi-sauvage. Il ne peut pas s'agir de théiers sauvages, mais de théiers "zairai", issus de graines mais qui furent introduit par l'homme à une période ancienne, et  qui ont pu se multiplier ainsi en des "plantations" dont on ne trouve aujourd'hui presque plus d'exemple exploités pour le production de thé. Je pourrais peut-être un jour proposer aussi ces kama-iri cha (qui ont des parfums absolument superbes, bien plus puissants), mais aujourd'hui le thé que je présente provient d'une plantation unique en son genre. Il s'agit d'une plantation "moderne", arbustes plantés en rangés, mais dont chaque individu est issu de boutures, non pas de cultivars connus, mais de ces thés de montagnes évoqués plus haut. Ainsi, il ne s'agit pas vraiment de "zairai" dans la mesure où les théiers ne sont pas issus de graines, mais il ne s'agit pas non de cultivars ayant le même patrimoine génétique. Il s'agit d'un modèle semble-t-il complètement unique exploité par les Kunitomo, qui demanda des efforts très importants pour faire prendre des boutures de ce type de théiers de montagne.


La culture est biologique, et la récolte est manuelle. Les feuilles sont flétries pendant une nuit en intérieur.
Ensuite, autre fait rare, le chaqing, c'est à dire la phase de chauffage des feuilles fraîches ayant pour but de stopper l'oxydation, est réalisée à la main sur un wok à  300°C, par deux "artisans" travaillant de concert. Le roulage / séchage est lui effectué mécaniquement. 

Vous l'aurez compris, on a là un thé qui ne peut être comparé à aucun autre thé japonais. 

Si je propose comme base une infusion avec 3 ou 3.5g de thé pour 70ml d'eau très chaude (un peu moins de 90°C pour la première infusion, puis eau presque bouillante pour les autres) et un peu plus d'une minute d'infusion, ce thé pourra être préparer de diverses manières, comme par exemple dans une plus grande tasse avec 3g directement dedans, en rajoutant de l'eau bouillante au fur et à mesure que l'on boit. 



Les feuilles, à la couleur sombre, roulée de manière légères, ont un parfum intense, minérale et sucré, qui évoque aussi une peu le cuir, le cacao, avec des notes florales légères.




Après l'infusion, le parfum est cette fois plus crémeux et floral, avec une impression épicée et des notes de vanille.C'est un parfum inhabituel, mais tout à fait envoûtant, bien que léger et subtil.



La liqueur est tout d’abord très rafraîchissante et aérienne. Elle flatte le palais et la gorge. On ne joue pas du tout sur l’umami bien sûr. Il y a une texture un peu astringente, avec cette fois une dominante minérale. L’ensemble est léger, sans emphase, et laisse se concentrer sur les arômes, les parfums subtils. Ceux-ci sont multiples et changent au fur et à mesure que l'infusion refroidi.

Les infusions successives se font plus rondes et soyeuses, l’impression un peu astringente de la première infusion disparaît complètement, et ce sont les retours doux et floraux, néanmoins toujours légers qui prennent le dessus sur les impressions minérales.

L’after évolue entre le floral, le sucre, ou bien même quelque chose de confiseries. 


C'est un thé vert très "nature" qui peut se boire vraiment sans modération, tout y est léger et délicat. J'aurais envi d'évoquer un "thé de soif", mais sans aucune idée péjorative, bien au contraire. Pourtant, on ressent aussi beaucoup de force dans ces feuilles. Il faut l'essayer sans idées préconçues, avec la conscience de pénétrer dans un "champs" nouveau, peut être encore expérimental. C'est en tout cas un autre exemple des possibilités que peuvent offrir les kama-iri cha. 
Ceux issus des plantations semi-sauvages dans les forêts sont vraiment incroyables, mais bien plus cher encore, j'attends donc des signes...

1 commentaire:

  1. Found this tea estate two years ago and I think this place is truly unique to the Japanese tea industry.
    Extremely outstanding!
    M. from Moscow

    RépondreSupprimer