Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

vendredi 22 août 2014

Okayama 2, set Bizen-Sue par Yoshimoto Atsuo

J'ai présenté dans mon dernier article le département de Okayama, son héros folkloroqie Momotarô, un kabuse cha, et de nouvelles oeuvres Bizen-yaki signés Nobuhara Katsushi.

Maintenant, je vais présenter rapidement le travail de Yoshimoto Atsuo.
Il s'agit aussi d'un potier traditionnel Bizen-yaki. Né en 1969, il étudie d'abord l'architecture avant d'étudier la poterie à L’École supérieure des arts appliqués Duperré à Paris de 1995 à 1997.
Puis de retour au Japon, il étudie sous la direction de son père, potier Bizen-yaki.

Alors que la poterie existe au Japon depuis la période de Jômon (les plus anciennes remonteraient à 17000 ans avant notre ère), c'est au 5ème siècle qu'arrive de Corée un nouveau type de poterie, très dure et grise, cuite en réduction, que l'on appelle "sueki". Elle est l'ancêtre de la poterie japonaise, notamment de Bizen-yaki. Les toutes première poteries de style Bizen, à la fin de l'époque de Heian (fin du 12ème siècle) sont dans la continuité direct des sueki, et c'est au 13ème siècle que l'on abandonne la cuisson en réduction pour la cuisson en oxydation, les poteries prennent alors leur teinte rouge-brune typique.

Une partie du travail de M. Yoshimoto s'inspire des poteries sueki et Bizen antiques. Il travaille en réduction, obtenant une terre cuite grise en four à gaz aussi bien qu'en four anagama, qu'il a construit dans les montagnes reproduisant les méthodes de la fin de l'époque de Heian.
Les œuvres que je présente aujourd'hui proviennent d'une cuisson en four à gaz.
Il s'agit d'un hohin, un yuzamashi et d'une tasse au motifs "kuro-hidasuki". La technique hidasuki fait apparaître des motifs rouges obtenus par la combustion de paille enroulée autour des objets durant la cuisson en oxydation (voir œuvres de Nobuhara-san dans l'article précédent).  Mais adaptée à une cuisson en réduction, cette même technique laisse apparaître des motifs noirs.

Hôhin et samashi sont modelés à la main sans tour.

Je vous laisse admirer ces objets:













Par ailleurs je lui ai aussi commandé des œuvres en anagama, qui devraient être prêtes durant l'automne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire