Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

mercredi 5 juin 2013

Asatsuyu



Voilà enfin le Asatsuyu de Makizono. Après quelques années transitoires, le voilà estampillé "bio", ce qui veut dire qu'il était cultivé dans des conditions bio depuis au moins 3 ans. Son goût, son style ne va pas changer du jour au lendemain.

Son style, comme les années précédentes c'est un fukamushi, un cultivar Asatsuyu posé, sage, en comparaison de la plupart des Asatusyu sur le marché...après, cela plaît ou déplaît...

Rappelons que Asatsuyu fait parti de la première vague d'enregistrement de cultivar de théiers au Japon en 1953. On lui donne alors le surnom de "gyokuro naturel" (天然玉露) en référence à sa couleur verte profonde, car a l'époque, pas encore de fukamushi, et un sencha, habituellement, donne une liqueur jaune. Aujourd'hui on attribut à tord ce surnom au fait que Asatsuyu sera très fort, et douceâtre. Or, Asatsuyu est plutôt un cultivar léger, mais ces feuilles très fines et petites se brisent en poudre très facilement quand préparer en fukamushi, d'où un thé qui infuse facilement fort. Sa douceur, dans la plupart des cas vient de l'ombrage, et d'une très bonne assimilation des engrais.


Revenons en à notre Asatsuyu bio de Makizono (ville de Kirishima, dép. de Kagoshima). Je pense que cette version 2013 est plutôt à faire infuser un peu fort avec de l'eau pas trop chaude, 5g pour 70ml, 65-70°C, 45-50s.


La liqueur obtenue est bien parfumée, les tonalités vertes typiques de Asatsuyu, sans excès, et de la douceur, là aussi sans excès.
En bouche c'est très agréable aussi, du végétal, de la douceur, beaucoup de corps. L'aftertaste est remarquable, un peu de sucre, mais surtout de la verdure très fraîche.


Même s'il s'agit d'un fukamushi plutôt poudreux, laissons 10 secondes infuser le deuxième jet. Les arômes typiques de haricot se font plus fort. La liqueur en bouche prend de l'épaisseur, mais reste veloutée. Derrière une légère douceur, apparaît alors une texture tannique étrangement agréable dans cet ensemble très plein.
L'aftertaste est cette fois bien plus végétal, mais toujours très long.

Une troisième infusion ne pose aucun problème, toujours très riche, la liqueur gagne en équilibre, moins contrastée et forte que la deuxième.
La longueur est au rendez-vous, plus sucrée cette fois pour terminer en beauté.

Malgré les difficultés climatiques de cette année, cet Asatsuyu s'en sort très bien, grâce au talent du producteur (ceci dit, le Saemidori du même M. Nishi est une merveille aussi, et je parlerai plus tard de sa nouveauté pour 2013, Tsuyu-hikari).  
Enfin, je ne le dirai jamais assez (je ne le dis pas tant que ça d'ailleurs) mais un bon thé japonais sera souvent bien meilleur quelques jours après ouverture du sachet. Cela est particulièrement vrai pour Asatsuyu. 

4 commentaires:

  1. Bonjour, je n'ai pas trouvé de lien pour vous contacté donc je me permets de poser ma question ici. Lors de mon voyage au Japon l'année dernière j'ai eu le plaisir de gouter un thé lors de mon arrivée dans un ryokan. La gouvernante a appelé ça "brown tea", il avait un léger gout de châtaigne. Hélas je n'arrive pas a trouver son véritable nom pour pouvoir m'en procurer, si par le plus grand des hasard vous pouvez m'aider je vous en remercie d'avance.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Nat,
    Je ne vois pas ce que cela pourrait être. Du hôji-cha, ou peut être du Soba-cha (infusion de sarrasin) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la réponse ! Je viens de trouver une raison supplémentaire de retourner au Japon pour rechercher le nom de ce thé !

      Supprimer
  3. Alléluia ! le voilà enfin arrivé :-)

    RépondreSupprimer