Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

mardi 24 juillet 2012

Fuji Akiyama, Tsuyu Hikari

Les voilà enfin ! Les thés de Akiyama Katsuhide sont disponibles sur le site.
La large quantité de cultivar qu'il exploite, le fait qu'il travaille seul, font que sa première et sa deuxième récolte s'enchainent sans pause, et qu'il manque de temps pour s'occuper de moi, de nous.
Je commence par Tsuyu Hikari car c'est ma nouvelle grosse surprise après l'incroyable kama-iri cha Yabukita de Hiruma-san.
Ce Tsuyu Hikari est un peu plus cher que l'an dernier, et sa dégustation ma vite fait comprendre pourquoi.
4 g environ pour 65-70  ml d'eau à un petit 70°C. Un peu plus d'une minute.


Si les feuilles sèches elles-mêmes ne semblent pas particulièrement parfumées, il en va tout autrement de la liqueur. C'est un parfum très particulier, sucré et floral, un brun d'amande peut être, une trame qui relève, mais brouillé par tant d'autres choses, se parfum de fleur de cerisier. L'ensemble à quelque chose de "cosmétique". Rappelons que ce cultivar à pour père Asatsuyu et pour mère Shizu7132, connu pour son caractéristique parfum de fleur de cerisier.
Un parfum qui se révèle de suite par le nez.

En bouche, après une courte attaque astringente, c'est une grande douceur qui prend d’assaut le palais. Tout ce melting pot complexe qui compose le parfum se retrouve alors en bouche, puis enfin en arrière-goût et en longueur dans la gorge.
La liqueur est très jolie, translucide, mais avec le vert profond commun aux cultivars descendant de Asatsuyu.
Cette version 2012 montre de façon bien claire la personnalité de ce cultivar. Parfums, saveurs, originalité, tout est réuni dans ce sencha.
Je pensais en dire bien plus sur lui, mais finalement que dire, sinon qu'à un prix toujours très raisonnable, il s'agit d'un thé à tester absolument, l'évolution par rapport à la version 2011 est remarquable. De plus, alors que celui de l'an dernier essoufflait vite, celui-ci permet trois voir quatre très bonnes infusions.

3 commentaires:

  1. Apparus sur le site juste après ma commande. ;-)

    Je me rattraperai une prochaine fois, pour l'instant je suis impatient de découvrir ces crus de Miyasaki. Ça donne envie en tout cas !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Que signifie exactement le terme "Hikari"? J'ai l'impression qu'il n'est pas toujours utilisé à bon escient en Occident...

    Peux-tu éclairer ma lanterne?

    Merci.

    RépondreSupprimer
  3. David, il me semble que le thé était déjà en ligne avant ta commande, mais peu importe, il y aura d'autres occasions. En tout cas merci pour cette commande.
    J'espère que tu te régalera des thés de Miyazaki comme des autres.

    Charlotte, tu ne crois pas si bien dire, ce n'est pas moi qui vais éclairer ta lanterne, mais bien le mot "hikari", qui signifie justement lumière.

    RépondreSupprimer