Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

lundi 2 avril 2012

Le premier Shincha 2012, Shôju, Tanegashima

Voici le tout premier Shincha de la saison 2012, un sencha super hâtif en provenance de Tanegashima 種子島 une île au sud-est du département de Kagoshima. Cette île, avec sa voisine de Yakushima 屋久島, ouvre chaque année le bal des thés nouveaux au Japon. Avec sa position géographique particulière, Tanegashima s'est fait une spécialité des cultivars "super hâtifs" (極早生種 goku-wase-shu), comme Kuritawase, ou encore Shôju 松寿, que je vous présente ici, déjà disponible sur Thés-du-Japon.

L'autre particularité des thés de Tanegashima, est d'être des sencha à l'étuvage standard (futsumushi ou asamushi), allant à l'opposé de la tendance à Kagoshima, où le fukamushi, étuvage long, règne en maître.
Ce sencha fut cueilli et traité le 26 mars 2012, et la phase de finissage effectuée le lendemain.

Il faut parfois se méfier de ces thés très hâtifs, parfois chers compte tenu de leur qualité réelle, mais celui-ci me semble une réussite.
Si le travail des feuilles peut sembler un brin grossier, leur couleur est très belle et bien uniforme. Torréfaction (火入れ hi-ire) très faible pour d'une part ne pas dénaturer les saveurs de ce thé, et aussi pour conserver les tonalités très vertes des senteurs que l'on aime à retrouver chez les shincha. Ces feuilles émettent en effet un parfum à la fois très frais, vert et sucré.
Shôju, en plus d'être le plus hâtif des cultivars japonais, est aussi naturellement riche en acides aminés, le rendant très doux. Ainsi, pour profiter de ces saveurs sucrées, il est préférable de le faire infuser avec de l'eau bien tiède, et comme il s'agit d'un futsumushi sencha, et que par conséquent ses feuilles ne sont pas trop brisées, il ne faut pas hésiter sur la quantité.
Pour 70ml d'eau, j'utilise 5 très gros grammes, que je fais infuser d'abord une petite minute à 60-65°C.
La liqueur obtenue, verte-jaune, parfaitement translucide, est un modèle du genre. Subtilement parfumée, végétale mais douce, un peu vanillée.
Mais une fois en bouche, la saveur tranche avec la pureté de l'aspect du liquide : le thé est fort, très doux, sucré. Mais en même temps, cette force n'est pas agressive, pas douceâtre, elle reste rafraichissante et cristalline, très simple.
Pour une 2nde infusion, on augmente naturellement un peu la température de l'eau. 15s d'infusion.
La liqueur se fait plus légère, reste douce et sucrée, tout en un arrière goût qui vient se déposer délicatement en bouche.
On enchaine sur une 3ème infusion, un peu plus chaude, une minute cette fois. Toujours de la douceur et du parfum, presque pas d'astringence.
Cette dernière débarque sur la 4ème infusion, où ce sencha Shôju commence à s’essouffler (enfin !).
C'est un thé très savoureux, qui m'a ravi par cette coexistante paradoxale de légèreté et de puissance, ainsi que par la pureté et la simplicité de sa saveur.
Je pense aussi que c'est un sencha pour lequel bien d'autres possibilités de méthode d'infusion sont à tester.
Aussi, il montre, s'il était besoin de le faire, que l'on peut obtenir une liqueur bien goûtue avec un futsumushi sencha, et surtout que l'on peut faire du très bon futsumushi sencha même en terrain plat à très basse altitude. Il suffit d'avoir un cultivar qui y soit adapter, peut-on supposer.

La saison 2012 est lancée !

4 commentaires:

  1. Bonne nouvelle,
    Si tu as déjà eu l'occasion de tester, comment tu le comparerais par rapport à un autre cultivar, un Yabukita, asamushi sencha de la région de Kagoshima, en particulier un Kirishima ?

    RépondreSupprimer
  2. Extra! Je l'imagine infusé avec de la glace... J'ai hâte de pouvoir faire ma 1ère commande de ta sélection 2012! A très vite.

    RépondreSupprimer
  3. @Gnrh,
    Bonjour, non la je ne peux pas comparer exactement,, seulement, tu as un terrain plat, très chaud a Tanegashima, et du vallonné plus frais a Kirishima (presque un mois sépare les récoltes dans ces deux lieux proches mais très différents). Aussi, Shoju est un cultivar très doux, alors que le classique Yabukita est plus équilibré. Après, au delà de ces considérations, chaque thé est différents.

    @Claire,
    Bonjour,
    Avec de la glace.... Cela peu être intéressant.
    Aussi, pour la suite de la sélection, ce sera après la mi avril je pense. Ce sera le vrai départ avec les Thes de Kagoshima (deux jours de retard cette année ).

    RépondreSupprimer
  4. "La saison 2012 est lancée ! "

    Génial !
    Une entrée en matière des plus excitantes...Vivement la suite !
    Merci...

    RépondreSupprimer