Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

dimanche 11 décembre 2011

Sencha de Fuji, Kôshun, récolte manuelle

Sept nouveaux thés (4 sencha, 1 kama-iri cha, 1 tamaryoku-cha, 1 semi-fermenté) sont désormais en ligne sur Thés du Japon.  Parmi ceux-ci, en provenance de la ville de Fuji, encore une production de Monsieur Akiyama, un sencha cultivar Kôshun récolté à la main au printemps dernier.
Quelques arbustes seulement destinés uniquement à la cueillette à la main.

J'ai déjà évoqué ici Kôshun, notamment de sa version cueillette mécanique. Il s'agit d'un cultivar réputé pour son riche parfum florale, rehaussé (selon moi) de notes d'amandes. pour faire ressortir parfaitement tout ce bouquet, il faut selon Akiyama-san trouver l'heure idéale de la journée pour la cueillette, une subtilité qui vient s'ajouter à la manière d'entretenir les théiers (chaque cultivars requièrent des soins différents), et au mode de traitement des feuilles elles-mêmes.

Qu'est-ce que cette version cueillie à la main apporte par rapport à la version mécanique?
Naturellement, l'aspect des feuilles de ce sencha est plus jolie, très peu de poudre, belles et longues aiguilles. Comme la déjà très réussie version mécanique, nous avons ici un thé montrant un beau lustre.
A la première infusion, magnifique liqueur dorée, d'une translucidité parfaite.
Et quelle richesse de parfum ! un bouquet florale stimulant, à la fois sucré et piquant, ce Kôshun tient toutes ses promesses.Le même registre que la version mécanique en plus profond et complexe encore.

Du point de vu du goût, c'est un peu la même chose, le registre est le même que dans la version mécanique, c'est à dire un thé qui vient envahir la bouche par son parfum, mais ici, l'astringence est moins prononcée (mais présente) contrebalancée par une douceur donnant du moelleux à ce sencha.

Pour infuser ce thé, je préfère ne pas suivre les conseils de Akiyama-san, c'est à dire que je préfère ne pas utiliser une eau trop chaude, car même de l'eau bien tiédie suffit à faire ressortir largement les fragrances de ce Kôshun. Il est même bon je pense de descendre en dessous de 70°C pour pouvoir bien profiter également du belle équilibre que vient offrir la douceur de ces belles feuilles. Avec un dosage classique de 5 g pour 70 ml, une minute est bien suffisante.
Pas de fantaisies quant à la méthode de préparation (j'ai peut être tord d'ailleurs), seconde infusion avec une eau plus chaude, verse quasi immédiate, troisième infusion, plus chaude encore, 30 ou 40 s. On peut même tirer une quatrième infusion avec de l'eau à plus de 90°C, pour au moins une minute (chose qui aurait été moins satisfaisant avec la version mécanique).


Pour résumé ce thé, c'est l'un de mes préférés cette année, et le sera probablement aussi les autres.... Ce sencha offre non seulement richesse et profondeur, c'est aussi un thé plein de personnalité, comparable à aucun autre.

4 commentaires:

  1. Alors alors, encore une découverte
    j'avoue ne pas savoir où donner de la tête
    :-)
    j'envoie le lien du blog à une amie qui découvre le thé japonais
    bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Virgile,

    Merci pour faire tourner le lien :-)

    RépondreSupprimer
  3. Quel joli réassort sur la boutique !
    Je suis impatient de recevoir mon petit colis et de goûter entre autres à ce Kôshun qui m'a l'air superbe.

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup Sébastien !

    J'espère que ce thé te plaira.

    RépondreSupprimer