Bienvenue à toutes et à tous

Premier français certifié Instructeur en Thé Japonais, c'est avec l'ambition de diffuser des informations sûres et détaillées sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog en 2009. Vous y trouverez ainsi des compléments d'informations et un point de vue différent par rapport au site de vente Aozuru-chaho Thés du Japon

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

mercredi 1 septembre 2021

Sencha cultivar Sôfû de Kawane

 Parmi les nouveautés de cette année, c'est à dire les thés que je propose pour la toute première fois, l'une des plus intéressantes est le Sôfû de Kawane. Bien que cela ne soit pas prémédité, j'ai pu mettre la main sur plusieurs de ce cultivar cette année, et celui-ci est plutôt haut de gamme, venant donc en "concurrence" avec celui de Tamakawa à Hon.yama. 

Sôfû est de ces cultivars qu'on désigne comme de type "inzatsu", c'est à dire une variété issue de croisements avec une variété d'origine indienne. Plus exactement, Sôfû est le résultat du croisement Yabukita x Inzatsu 131. Inzatsu 131 étant précisément un cultivar qui fut sélectionné à partir d'une graine provenant d'un théier Manipuri 15 introduit d'Inde au début des années 1920. De tendance tannique et possédant un parfum floral très particulier, Inzatsu 131 ne fut jamais enregistré officiellement malgré un potentiel qui semblait pourtant séduisant. Je pense que c'est justement aujourd'hui que des variétés comme Inzatsu 131 méritent d'être mis en avant et plus exploité. 

Si le croisement Inzatsu 131 x Yabukita est à l'origine du trop rare Fujikaori, c'est le croisement inverse en 1977, Yabukita (fleur) x Inzatsu (pollen) qui a produit Sôfû, enregistré en 2005. Relativement peu astringent et riche en méthyl anthranilate, molécule que l'on trouve notamment dans le jasmin, certains raisins et autres fruits, il fait parti des cultivars très en vu chez les amateurs de thé grâce à ses arômes uniques. Hâtif et peu résistant au froid, il est néanmoins difficile à faire pousser n'importe où, freinant ainsi son développement.

Avec ce Sôfû de Kawane on a un sencha très soigné, haut de gamme même, ce qui se ressent évidemment dans le caractère de ce thé. 

 Dès la première infusion, il conviendra de commencer avec de l'eau suffisamment chaude, 80°C au moins. L'infusion est très parfumée, il s'agit d'un bouquet globalement sucré dans lequel on ressent des arômes floraux typiques des cultivars Inzatsu, mais aussi et surtout de raisin. 

Ce sencha n'est absolument pas tannique ni astringent, on trouve une agréable touche d'umami sur le palais parmi tous ces arômes sucrés, floraux et fruités. 

 A mesure des infusions successives, toujours plus chaudes, la force des arômes non seulement ne faibli pas mais s'intensifie, sans jamais développer d'astringence qui plus est.

C'est un sencha riche et caractéristique, particulièrement élégant.

Si l'on doit comparer avec celui de Tamakawa à Hon.yama (autre zone de production de montagne de Shizuoka), je dirais qu'outre la torréfaction, bien plus forte sur le Tamakawa, on trouve des différences dans les sensations en bouche. Le Hon.yama est plus minéral, plus dense, avec un umami qui apparaît en after, alors que le Kawane semble plus fluide, plus basé sur un umami qui apparaît de manière frontale. Les arômes quant à eux apparaissent vraiment comme le fil conducteur, les similitudes devenant particulièrement évidentes à partir de la seconde infusion, le Hon.yama tendant un peu plus vers le floral, alors que le raisin semble plus appuyé sur le Kawane. 

Ces deux thés sont très bien taillés pour comparer Hon.yama et Kawane. (de premier abord, le Hon.yama paraît plus sucré et plus parfumé, mais cela provient de la torréfaction, très agréable, mais qui cache ainsi aussi un peu les arômes propres de Sôfû sur la première infusion).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire