Bienvenue à toutes et à tous

Premier français certifié Instructeur en Thé Japonais, c'est avec l'ambition de diffuser des informations sûres et détaillées sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog en 2009. Vous y trouverez ainsi des compléments d'informations et un point de vue différent par rapport au site de vente Aozuru-chaho Thés du Japon

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

mardi 7 avril 2020

Zairai de Sashima et point sur la situation avant shincha 2020

Depuis quelques jours, les nouvelles récoltes de thé ont débuté au Japon. La période du thé nouveau est sensée être un moment d'excitation tant pour les amateurs que pour les professionnels du thé. Pourtant, comme chacun le sait il est difficile de prendre les choses sereinement compte tenu de la situation dans laquelle se trouve le monde.
A Thés du Japon nous nous relayons à la boutique et diminuons ainsi un peu nos jours de présence et déplacement en train.
Aussi, depuis le 23 avril, en raison de la diminution du nombre de vols ainsi que de la réduction du personnel chez Japan Post, l'envoi des colis connaît des retards très importants. De plus un nombre important de pays ne sont temporairement plus desservis (liste ici). Les expéditions vers la France, les USA, l'Allemagne, le Canada, continuent.
C'est donc dans cette situation que je dois aborder cette saison 2020.

Avant les premiers shincha donc, je voudrais présenter une autre nouveauté, un thé de Sashima (département de Ibaraki) 2019 encore une fois par M. Yoshida.
C'est un sencha un peu particulier fait à partir de théiers indigènes "zairai" de 100 ans. Théiers indigènes "zairai" signifie qu'il s'agit d'arbres reproduits par graines, tous génétiquement différent au contraire des cultivars ou cépages reproduits par boutures et génétiquement identiques. Pour de nombreuses raisons le zairai a presque disparu au Japon.
De plus, avant l'étuvage, les feuilles ont fait l'objet d'un processus de flétrissement.
Aussi, la grande originalité est que la dernière des quatre phases de malaxage du sencha, celle qui donne la forme d'aiguille, n'est ici pas effectuée. Cela est ce qui se passe avec les tamaryokucha, sauf que dans le cas de ces derniers, sont rajoutés deux phases de séchage direct à la chaleur en tambour (sans malaxage). Ici il n'en n'est rien.

Il en résulte un sencha au caractère certes un peu cru, mais tout à fait intéressant sur le plan gustatif.
Il sera avisé d'infuser ce thé très chaud. 90°C.
Le parfum est d'abord en effet assez végétal mais on y trouve aussi des arômes lactés et de fruits jaune type abricot ou pèche.
En bouche on constate beaucoup de corps, avec là encore ces arômes fruités et lactés qui cohabitent avec les sensation vertes et rafraîchissantes.
Ce n'est clairement pas un thé à umami, et on y trouve une astringence claire mais modérée.
Le caractère de ce sencha se fait plus net et fort à partir de la deuxième infusion. Quatre s’enchaîneront à merveille, pour un thé toujours puissant avec une longueur en bouche exceptionnelle.
Cette grande force est l'un des gros points forts de ce thé atypique, on y ressent l'age de ces théiers, présents depuis plus de 100 ans dans cette petite zone de production qu'est Sashima.
On ne peut que rêver de voir notre producteur tenter cette méthode particulière de production avec son cépage Izumi, avec lequel il fait déjà des thés noirs divins... en espérant que cela nous projette en des temps meilleurs.