Bienvenue à toutes et à tous

C'est avec l'ambition de diffuser de nombreuses informations sur le thé japonais que j'ai débuté ce blog. Vous y trouverez les éléments les plus importants de l'histoire du thé au Japon, ainsi que des infos sur les divers types de thés japonais, régions productrices, etc.

Aussi, vous pouvez retrouver en ligne ma sélection de thés grâce à la boutique Thés-du-Japon.com.

Très bonne lecture, j'espère que mon modeste blog donnera au plus grand nombre l'envie de se familiariser de plus près avec ce produit d'une grande profondeur qu'est le thé japonais !

English version of some posts here in Japanese Tea Sommelier blog

vendredi 13 mai 2011

Radiations et propriétés étonnantes du thé ! Mises à jour, corrections, complements d'infos

Pour une raison inconnue, blogger a fait disparaître mon message d'hier, donc je recommence (comme ça ma fait plaisir !!!), en abrégeant et mettant à jour

Il y a deux jours, deux échantillons de thé de Ashigara (département de Kanagawa, juste au sud de Tokyo) sont contrôlés respectivement à des taux de Césium de 540 et 570 Bq/kg, alors que le seuil est fixé à 500 Bq/kg (rappelons, qu'avant la crise de Fukushima, le seuil européen était de 600 Bq/kg, avant d'être abaissé à 500 par souci de cohérence avec les normes japonaises, et qu'il ne s'agit que d'un seuil).
Néanmoins, le 13 d'autres échantillons du même département montrent des taux aux alentours de 700 Bq/kg.
En fait, Kanagawa est une région productrice mineure, et ce qui inquiète c'est surtout la situation à Shizuoka, juste au sud. Les autorités du département, dès le lendemain, ont fait circuler les résultats de tests effectués le 6 mai en divers endroit du premier département producteur de thé. Tous révèlent des taux bien inférieurs au seuil. Le cas de Kikugawa:

Taux dans les feuilles:
Césium 134: 50.15 Bq/kg
Césium 137 : 60.85 Bq/kg
Iode 131 / 1.51 Bq/kg (le seuil pour l'iode est de 2000 Bq/kg)

Taux dans le liquide infusé:
Césium 134: 2.43 Bq/kg
Césium 137 : 1.89 Bq/kg
(Le seuil de césium pour le liquide est à 200Bq / kg)
Iode 131 : 0.02 Bq/kg

Aussi, des tests ont été effectués en nombre d'endroit du département le 13 et le 14. Le cas de la ville de Kakegawa où les valeurs sont les plus faibles:
Taux dans les feuilles:
Césium (cumulés): 39.83 Bq/kg
Iode 131 : n'a pas été détecté
Taux dans le liquide infusé:
Césium (cumulés): 3.99 Bq/kg
Iode 131 : n'a pas été détecté

Le cas de l'arrondissement de Shimizu de la ville de Shizuoka où les valeurs sont les plus élevées:

Taux dans les feuilles:
Césium (cumulés): 138.77 Bq/kg
Iode 131 : n'a pas été détecté

Taux dans le liquide infusé:
Césium (cumulés): 10.81 Bq/kg
Iode 131 : n'a pas été détecté

On reste de toute façon bien en dessous des seuils. Ouf ! avons nous envie de dire un peu égoïstement, car cela ne console pas les producteurs de Ashigara, qui avaient déjà particulièrement souffert du gel l'an dernier....

Le point intéressant, c'est la différence de valeur entre les feuilles et le liquide infusé.
A la suite des irradiations de pêcheurs japonais dues aux retombées des essais atomiques Américains dans l'atoll Bikini, des recherches de l'Université de Shizuoka ont montré que les éléments radioactifs réagissent avec un certain type de catéchine ("catéchine libre" ?) devenant ainsi insoluble dans l'eau. Cela explique les très faibles valeurs trouvées dans le liquide infusé. Décidément, le thé montre toujours et encore des propriétés étonnantes.

Pour finir, sachez que c'est la première fois que des produits agricoles posent problèmes dans le département de Kanagawa, c'est aussi la première fois qu'un problème de ce type est trouvé avec du thé.

Néanmoins par la suite, des échantillons dépassant les seuils ont fait leur apparition plus au nord de Kanagawa, à Chiba et Ibaragi, régions productrices mineures, mais on craint bien sûr pour Saitama (Sayama-cha).

Pour revenir à Shizuoka, d'autres tests effectués le 16 n'ont révélé des taux de césium dans les feuilles allant de 22 Bq/kg à 73 Bq/kg, et de 1.6 Bq/kg à 3 Bq/kg dans le liquide infusé.

A propos des feuilles :
Tous les chiffres indiqués pour les feuilles correspondent à des tests effectués sur des feuilles fraiches (nama-ha 生葉).

8 commentaires:

  1. Merci Florent pour cet article.


    arrondissement de Shimizu de la ville de Shizuoka, taux dans le liquide infusé :
    Césium (cumulés) : 10.81 Bq/kg


    Je présume que cette valeur est en Bq/kg de feuilles de thé ? (et non en Bq/kg de liquide infusé)
    Pourrait-on connaître les paramètres d'infusion qui ont été utilisés pour obtenir cette liqueur ? Ainsi que le profil de diffusion dans l'eau en fonction du temps et de la température ?

    RépondreSupprimer
  2. On reste de toute façon bien en dessous des seuils.

    Seuil de césium. Il n'y a pas que cela en élément radioactif !
    Heureusement que c'est sous le seuil car, en matière de radioactivité, les seuils sont déjà hauts.
    Ce qui compte n'est pas le seuil mais l'effet des faibles doses. Ici, nous sommes dans le cas d'une ingestion de matière radioactive avec une durée de demi-vie se mesurant en dizaines d'années. Tout se cumule.
    C'est différent d'une irradiation (ponctuelle ou non) externe.

    RépondreSupprimer
  3. Un exercice intéressant est de faire le calcul sur le pourcentage d'augmentation de radioactivité dans le corps humain (sachant qu'un homme est dans les 7000 Bq en niveau de radioactivité moyen).
    Prendre en compte que, dans le cas du césium, l'organisme n'en ingère réellement qu'environ un vingtième. (Heureusement d'ailleurs !)

    Bons thés à tous.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Julien,

    Là tu en demande beaucoup.....
    Pour la préparation, il s'agit de 10 g dans 430cc d'eau à 90°C, pendant une minute.

    RépondreSupprimer
  5. Julien tu me corrigeras...
    Donc si je prends les feuilles de Shimizu/Shizuoka mesurées pour le Césium à 138,77 Bq/Kg de feuilles.
    Pour passer du Bécquerel, qui est l'unité d'émission des radiations, au milliSievert qui rend compte des effets sur le corps, je multiplie par un facteur de dose. Pour le Césium il est de 0,000022. Donc 138,77 x 0,000022 = 0,003036 milliSievert = 3,036 microSievert.
    Sachant que la dose annuelle de radiation naturelle est d'environ en France de 3000 microSievert.
    Donc si on ingérait en 1 an 1 kg de feuilles de ce thé, on ingérerait l'équivalent du millième (3 sur 3000) de la radioactivité naturelle. Ce qui est faible, très faible.
    Sachant qu'on n'ingère pas les feuilles, mais le liquide infusé, qui présente un taux de radioactivité environ 10 fois inférieur.
    Si mes calculs veulent dire quelque chose, j'en conclus que ces mesures n'ont rien d'alarmant.

    Me trompe-je ?

    RépondreSupprimer
  6. Aucune idée pour le calcul : il manque des informations à la base (profil complet des radionucléides présents). Le facteur de dose du césium 137 est légèrement inférieur.
    Je ne sais de toute façon pas interpréter les faibles débits de dose liés à une contamination interne. La comparaison que tu réalises est liée à une contamination externe, et est « attendue » (car inévitable) dans les calculs sur les expositions. Pour rappel, 10 μSv/an (oui, des microsieverts) est le seuil à partir duquel la réglementation européenne considère que les niveaux de risque ne sont plus négligeables et qu'il convient d'examiner les moyens de diminuer les expositions. La limite de dose pour le grand public est 1 mSv/an.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai mis à jour l'article et rajouté des informations.

    RépondreSupprimer
  8. De toute façon la contamination est par ingestion, voie d'entrée per os et doses sont cumulatives. L'impacte à petite doses répétées dans ce contexte chez l'homme n'est pas connu, le pire lui est connu. Il semblerait juste d'après la com que l'exposition soit sous forme de "trace" donc faites chauffer les bouilloires (A bonne température):)...

    RépondreSupprimer